•                           Shan Sa met en scène deux destins antagonistes.

                Un soldat du Parti et une étudiante contre révolutionnaire, rescapée involontaire du massacre de Tian An Men - Place de la Paix Céleste. Zhao poursuit Ayamei, qui fuit un monde qu’elle n’accepte pas. Mais il découvre dans le Journal Intime de la « criminelle » une sensibilité et une intelligence qu’il ne soupçonnait pas. Ira-t-il jusqu’au bout de sa mission, ou trahira-t-il son gouvernement ?

    <o:p> </o:p>

                Deux destins croisés, deux personnes censées se haïr qui se rejoindront peut-être…

    « Du vu et re-vu » me direz-vous. Et bien non, le talent et la singularité de Shan Sa nous permettent encore une fois de découvrir la Chine. Les personnages sont attachant, le fil de l’histoire plein de rebondissement, et de leçons. Le tout dans une écriture, un style si beau qu’on se plonge avec beaucoup de plaisir dans ce court roman d’amitié inavouée et de toute façon invivable.

                                                                            

     

    Du même auteur : Les conspirateurs

    Entretien avec Shan Sa

     

     


    4 commentaires
  •   Marie-Joseph Bertini fait de la philo, de l’anthropologie, de l’histoire, de l’épistémologie, de la sociologique, de la  psychanalyse, de la science politique et de la science info-com pour nous parler d’un sujet somme toute très simple : Les Femmes.<o:p></o:p>

             Mais est-ce aussi simple ?<o:p></o:p>

    Non, ce n’est pas si simple d’être femme, et encore moins d’être Femme. Dans un monde où les Médias encensent les Egéries et les Madones, ou la société se passionne pour des histoires de Muses ou de Mères. Et où l’inclassable est classé dans la Figure – terme cher à Bertinti – de la Pasionaria. <o:p></o:p>

             Les cinq archétypes précédemment cités sont plus que des stéréotypes, ce sont des Figures. Les Femmes ne peuvent et ne doivent pas être considérée autrement. Elles ne peuvent accéder à l’espace public sans être « casé », presque « fichée » dans l’une de ces cinq catégories.<o:p></o:p>

             Bertini nous livre une étude pointilleuse de la place des Femmes dans les Médias … et les Médias étant à la fois miroir et acteur de la cité, c’est leur place dans toutes les sphères de la société qui est étudiée.<o:p></o:p>

    Toutes les sphères ? Non, une exception confirme la règle : la Femme au foyer (si cher aux marketeurs…) n’est pas abordée, elle est dépassée. Bertini « passe les bornes », enfonce des portes scellées, elle va au-delà du « sens commun » pour mieux le comprendre.<o:p></o:p>

             L’ouvrage est dur, répétitif, des phrases tournent en boucle et cognent dans la tête de la lectrice ou du lecteur. Mais ce sont des phrases fortes, justes, parfois douloureuses, et je ne résiste pas à l’envie de la citation. « Les mots sont les frontières invisibles des Femmes. » ; « Le silence est frustration rentrée, impuissante, et non détachement libérateur. », « Ce que la Figure de la Pasionaria indique ainsi aux Femmes, c’est que leur combat est voué à l’échec. », « Les hommes peuvent apprendre à se re-saisir eux-mêmes ; les femmes resteront soumises à l’empire des passions. », « Leur rôle se résume à assurer la continuité de la détermination masculine du pouvoir. ».<o:p></o:p>

    Que dire de plus. <o:p></o:p>

    Si ce n’est : « Le langage est une Bastille symbolique dont le contrôle fait l’objet de l’attention sourcilleuse des pouvoirs établis ».

     

                                                                                      LF.

     

    <o:p>Entretienavec MJ Bertini</o:p>

    <o:p>Une autre lecture possible</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p></o:p> 

                                                                                                                    

    votre commentaire
  • Vous en pensez quoi du dernier Live de -M- ?

      

    Perso, je le trouve excellent, comme tous les Live de -M- !!!


    2 commentaires
  • Vous le trouvez comment ?

     

    Beaucoup plus rock que le précédent ! C'est vrai bonheur de retrouver Placebo, la majorité des morceaux sont excellents, ça file la pêche !!!


    2 commentaires