• <?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /><v:shape id=_x0000_s1027 style="MARGIN-TOP: -0.25pt; Z-INDEX: 2; LEFT: 0px; MARGIN-LEFT: 15.6pt; WIDTH: 170.2pt; POSITION: absolute; HEIGHT: 191.15pt; TEXT-ALIGN: left" type="#_x0000_t75"><v:imagedata src="file:///C:/DOCUME~1/stagcom2/LOCALS~1/Temp/msoclip1/01/clip_image002.jpg" o:title="une terre de trop"></v:imagedata><?xml:namespace prefix = w ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:word" /><w:wrap type="square"></w:wrap></v:shape>Une terre de trop, Gérald Ruault, 2006 (Roman)<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Marion Deshayes disparaît dans un accident de voiture.<o:p></o:p>

    Son père, Samuel, un artiste maudit, n’aura de cesse de comprendre ce qui est arrivé à sa fille. Il ira jusqu’au bout de sa quête… Et en partant à sa recherche, peut-être finira-t-il par se trouver lui-même…<o:p></o:p>

     

    <o:p></o:p> 

    L’auteur prend un gros risque en jouant la carte de la « pluralité des genres » et déroute le lecteur dés les premières pages. Il passe allègrement du roman ésotérique lorsqu’il suit le parcours chaotique de Marion, au thriller haletant quand il s’agit des recherches de Samuel.<o:p></o:p>

     

    <o:p></o:p> 

             Toute la partie « enquête » m’a énormément plu. Les principaux protagonistes de l’histoire (Samuel, le père ; Héléna, l’amie ; et Paul, l’amant) sont très bien dépeints. On s’attache facilement à ces personnages charismatiques, à leurs travers, leurs faiblesses, autant qu’à leur courage.<o:p></o:p>

    Le récit est vraiment prenant. L’auteur réussit à piquer notre curiosité et nous entraîner dans cette aventure énigmatique.<o:p></o:p>

             Néanmoins, je n’ai pas toujours été attentive à la partie « ésotérique » de l’histoire – qui occupe tout de même la moitié de l’ouvrage… Trop éloigné de mes convictions sans doute… Mais il ne faut pas que cet aspect du livre vous rebute… L’auteur est bien plus machiavélique que ce l’on pourrait croire, et l’essentiel est à la fin de l’histoire…

     

            

            Le style est celui d’un premier roman… Les quelques petites faiblesses littéraires sont vites pardonnées. L’évidente sincérité de l’auteur et son imagination débordante vous feront oublier ces petits impairs sans importance eu égard à son talent narratif.<o:p></o:p>

                Enfin, l’ouvrage est ponctué de réflexions intéressantes sur la vie, la mort, le temps qui passe et les rapports familiaux. Ceci donne une profondeur étonnante au récit, et pousse le lecteur à se remettre en question.

     

    Le blog de l'auteur<v:rect id=_x0000_s1026 style="MARGIN-TOP: -53.85pt; Z-INDEX: 1; LEFT: 0px; MARGIN-LEFT: -212.85pt; WIDTH: 486pt; POSITION: absolute; HEIGHT: 665.85pt; TEXT-ALIGN: left" filled="f" strokecolor="#fc9" strokeweight="8.5pt"></v:rect>

     

    Se procurer Une Terre de Trop


    votre commentaire