• Entretien avec un vampire, Anne Rice, 1976

    Quatrième de couverture : De nos jours, à la Nouvelle-Orléans un jeune homme a été convoqué dans l'obscurité d'une chambre d'hôtel pour écouter la plus étrange histoire qui soit. Tandis que tourne le magnétophone, son mystérieux interlocuteur raconte sa vie, sa vie de vampire. Comme l'interviewer, nous nous laissons subjuguer, fasciner et entraîner à travers les siècles dans un monde sensuel et terrifiant ou l'atroce le dispute au sublime. Véritable livre Culte, premier voler des désormais incontournables Chroniques des vampires, Entretien avec un vampire renouvelle totalement l'un des mythes les plus riches et les plus ambigus du fantastique.

     

     

    Louis décide de raconter à un « jeune homme » sa re-naissance et sa vie vampirique. Une suite d’évènements évidemment hors du commun où le temps, les jours et les décennies n’ont pas de prise pour l’immortel qu’il est devenu grâce à Lestat. Et pourtant, le temps a une grande importance dans son cheminement. Pas tellement à cause des générations qu’il traverse sans vieillir, ce n’est pas un livre d’Histoire. Non, si le temps a de l’importance, c’est en tant que durée à passer avec les uns ou les autres, en tant que moments de solitude à apprécier ou à haïr, en tant qu’expérience à accumuler pour grandir, évoluer, devenir… Car si le corps et le visage du vampire ne sont pas modifiés par la vieillesse, son esprit, lui est en perpétuelle recherche. Surtout si ce vampire tente de découvrir le mystère de son état, veut se définir par rapport à ses anciens concepts bassement humains.

     

    Louis est un personnage sensible, intelligent, malmené par le caractère égoïste, inconstant et malsain de Lestat. Le vampire qu’il l’a « fait » ne prend pas le temps de montrer à « disciple» le chemin à prendre, les leçons à connaître, les règles à respecter. Au lieu de cela, c’est une vie oisive et libertine qu’il propose à Louis. Inséparables sans pour autant être capable de se supporter, leur couple va être totalement bouleversé par l’entrée en scène fracassante de Claudia… Le trio ira jusqu’à l’explosion, jusqu’au parricide. Ce qui n’aidera pas le pauvre Louis à résoudre sa problématique sur sa nature véritable : état ultime de l’humanité, hybride ou créature diabolique ?

     

    Le style de Anne Rice est tout simplement fascinant, surprenant, gracieusement littéraire et poétique. Si vous cherchez un roman fantastique pour passer le temps, refermez Entretien avec un vampire, car il ne vous apportera pas la légèreté attendue ! Le récit de Louis est lourd de reproches, de regrets, d’amertumes, de questions. Certaines de ces réflexions pourraient faire basculer l’ouvrage vers le conte philosophique fantastique ! Les thèmes tabous par excellence y sont abordés avec le détachement et l’intellect propre à l’univers des vampires de Rice. Elle va au-delà des thématiques cannibales et sexuelles qu’incarnent en premier lieux ces suceurs de sang. Le parricide, la trahison, le meurtre passionnel, l’amour parental qui bascule en amour charnel, l’homosexualité entre deux personnes de même « famille », tous ces tabous sont posés, détaillés et décortiqués avec beaucoup d’intelligence et de … sensibilité !

    Bien plus qu’un roman fantastique, ce livre ouvre les portes à toutes les idées les plus sordides et noires que l’être humain peut sentir naître en lui, malgré lui…


  • Commentaires

    1
    Melle E
    Dimanche 11 Avril 2010 à 13:31
    Bravo pour cet article, qui me donne envie de lire une seconde fois, d'un oeil nouveau, ce chef d'oeuvre que j'avais déjà particulièrement adoré.
    L'analyse est juste, l'intellectualité cachée à travers ce roman fantastique et qui lui donne ses lettres de noblesse, habilement relevée.
    Bonne continuation !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    hinachii Profil de hinachii
    Samedi 17 Avril 2010 à 11:08
    Bonjour,
    je te remercie pour ton commentaire, qui me touche beaucoup. J'ai lu Lestat il y a presque 6 mois, mais j'ai moins aimé, peut-être justement parce que je n'y ai pas trouvé la même intensité de réflexion...
    Merci encore !
    A bientôt !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :