• L'évolution du management

    Le management traditionnel

    1 – la manufacture : la division entre le travail et le « lieu de vie »

    Division spatio-temporelle : la gestion du temps (heure de travail fixes) et de l’espace (zone de travail particulière)
    La manufacture restreint les « champs de travail ». Les entrepreneurs coupent les travailleurs de leur univers personnel. Avant la mise en place des manufactures, l’artisan travaille chez lui, dans son environnement privé aux heures qui lui conviennent. A partir du moment ou le lieu de travail est extrait du lieu de vie, les champs sociaux se divisent spatialement, et de ce fait, temporellement.
    Donc, les manufactures instaurent le premier grand « Acte » du mangement : l’artisan devient dépendant de l’organisation spatio-temporelle de l’entreprise. C’est elle qui doit gérer le lieu et le temps de réalisation.

    2 – la grande industrie

    La grande industrie ouvre une seconde étape dans le management : la division des tâches. Dés lors que les ouvriers sont regroupés « dans le même temps, au même endroit », il s’agit d’organiser leurs tâches : que faire et comment le faire ?
    Les patrons et les « cadres » comprennent qu’il est plus efficace d’effectuer des tâches simples ou spécifiques. Ainsi, l’ouvrier est dépossédé sa qualification et sa vision globale de l’entreprise, il devient plus rapide, et surtout, plus facile à gérer puisqu’il perd le pouvoir lié au savoir faire.
    Il est plus facilement remplaçable puisque plus vite formé, et cette pression accentue, en quelques sorte, sa motivation.

    3 – Le taylorisme

    Il s’agit ici de constater que grâce à une organisation scientifique du travail, Taylor à donner des outil, ou plutôt des concepts très précieux aux manager :

    A - La One Best Way.
    Pour entreprendre une action simple et répétée, il existe souvent Une façon de faire, meilleure que toutes les autres. Le but étant de faire appliquer cette manipulation là à l’ensemble des ouvriers.

    B – The wright man at the wright place.
    Dans le même ordre d’idée : l’entreprise étant un rouage, il faut que les “col blanc” connaissent les capacités de leurs employés pour pouvoir les placer au mieux dans la chaîne de production.
    Notons que ces deux premiers principes, mettent directement en œuvre le métier de manager. En effet, c’est à lui de savoir identifier la bonne façon de faire, et quel employé est le plus à même de réaliser cette tâche.

    C – Les « Bonnies »
    Enfin, Taylor a voulu mettre en place une pratique encore très employée de nos jours : le système de prime : si l’employé travaille mieux, il gagnera plus.
    Ceci facilite une lourde tâche assignée au manager : motiver ses employés. Le but « suprême » de l’ouvrier étant de gagner de l’argent, les « Bonnies » le motive à travailler toujours mieux et plus vite !

    Même si les points de vue de Taylor sur le travail et l’ouvrier ont été largement contestés par la suite, les trois grands points précédemment cités nous semblent essentiels pour mener à bien un management efficace.
    On constate d’ailleurs qu’ils sont encore « d’actualité » :
    La « One Best Way » est encore appliquée au travail à la chaîne ;
    On ne peut nier que certaine personne sont plus efficaces que d’autre à des postes stratégiques, et le manager doit absolument en tenir compte pour gérer le personnel et faire fonctionner au mieux son organisation.
    Enfin, les « bonnies » sont devenues des primes par objectifs, des Commissions sur les ventes,… incontestablement motivante pour les salariés.

                                                                                                               LF.


  • Commentaires

    1
    masquedcuncumber
    Samedi 1er Avril 2006 à 18:19
    Tr?sympa ton blog, sur un th? pas ais? Si tu retournes sur mon blog, j'ai mis un lien dans l'?to sur un article de Pierre Legendre qui comporte un graphisme interessant sur le th? de l'industrie.
    Continue, on a besoin de partager
    Serge http://masquedcuncumber.oldiblog.com/
    2
    les3nains
    Mercredi 12 Avril 2006 à 12:53
    je reviendrai sur cet article!!!
    les leviers de la motivation en management me paraissent plus compliqu?et pas aussi simplistes que ce que tu as ?is
    mais cela me donne une id?pour mon blog que je n'avais pas encore eut merci
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Tawirimatea
    Dimanche 16 Juillet 2006 à 15:51
    Je ne cherche pas ?omprendre la mondialisation, mais ?a combattre, elle produit des hommes peureux qui se r?gient derri? des textes de lois. Ainsi disparait la coutume des peuples, ce qui faisait la valeur des mondes et leurs richesses.
    Quand dans notre pays, on sanctionnera une unit?e production qui licencie ?utrance alors qu'elle fait des profits, peut ?e la soci? fran?se prendra une autre forme.
    Amicalement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :