• La Ligne Pourpre, Wolfram Fleischhauer, 2005

    L’histoire commence au XXIième siècle. Un de nos contemporains est intrigué par le tableau qui figure en couverture du livre. Par un heureux hasard, un ami lui donne des informations intéressantes à ce sujet…

    Ce n ‘est que par d’incessants allers-retours dans le temps que nous découvrirons les secrets que dissimule le tableau et les mystères qui entourent la mort de Gabrielle d’Estrées.

     <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    L’auteur a mélangé intrigue politique, enquête policière, roman d’amour et quête picturale dans cet épais roman. Malheureusement, les liens entre les différentes histoires sont souvent trop flous pour que l’on saisisse l’intérêt des différents récits.

    Les personnages sont trop furtivement abordés pour que l’on prenne le temps de s’y attacher.

    Le style est parfois un peu trop lourd et j’avoue avoir « décroché » à plusieurs reprises.

     <o:p></o:p>

    La construction est assez originale. En effet, l’auteur utilise diverses formes d’écritures pour nous permettre d’entre dans l’histoire par différentes portes. Récit, journal, lettres, interrogatoires, sont autant de pistes pour percer le mystère qui entoure Mme D’Estrées. Mais cela complique encore la trame de l’histoire et on se perd dans des descriptions très longues. De plus, l’auteur doit sans cesse poser ses personnages pour qu’on s’y retrouve un peu…

     <o:p></o:p>

    Ceci étant, l’ouvrage et le thème abordé sont intéressants… Mais pas assez pour estomper la lourdeur et la complexité du livre.

     

                                                                                                         LF.

    Un autre avis

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :