• Le Premier sexe ; Eric Zemmour (Essai)

                  Eric Zemmour soutient la thèse selon laquelle les hommes se seraient féminisés au fil du temps. Misogyne ? Macho ? Non, Eric Zemmour lui-même est féminisé.

                Il fait un constat qui lui semble désastreux : les hommes assument leur part de féminité et étalent leur crèmes de beautés dans leur salle de bain – espace éminemment féminin – comme pour concurrencer leurs colocataires.

                Bien sûr, au premier abord, on ce dit que cela ne tient pas debout. Si les hommes s’étaient « féminisés », ils ne battraient plus leurs femmes, ils ne soumettraient pour le « sexe faible », ils n’achèteraient plus de grosses voitures… Mais Zemmour nous fait bien ressentir que ce ne sont pas tous les hommes qui virent de genre. En effet, il faut ce l’argent pour être un « métro sexuel », c’est donc la petite bourgeoisie et la classe moyenne qui est le plus touchée par ce nouveau mal(e).

                Mais est-ce vraiment un mal ? Nous aimons les hommes qui parlent d’amour mieux que  de sexe, d’égalité plus que de domination, de valeurs émotionnelles autant que de valeurs rationnelles…

    Néanmoins, il ne faut pas oublier que notre culture structure bien plus notre esprit que ce que nous l’imaginons… Et notre culture, l’organisation de notre société repose depuis bien longtemps sur la distinction homme femme… Distinction de plus en plus difficile…

                            Mais je préfère  laisser à Eric Zemmour le soin de vous expliquer le pourquoi du comment.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

                            L’essai est rédigé dans un style très simple, sans pour autant tomber dans le piège du simpliste… Les arguments sont agrémentés de chiffres mais aussi d’analyse des médias et surtout d’observations pertinentes.

                Pourtant, l’ouvrage n’est pas exhaustif, il le dit lui-même dès la première page, ce n’est ni une étude sociologique rigoureuse, ni un traité de philosophie à l’usage des machos. Zemmour se contente de décrire ce qu’il voit et d’essayer de trouver des explications aux multiples constats qu’il fait, qui le frappe parfois de plein fouet. Il a le chic pour délier ces petits riens qui nous semblent naturels – surtout aux jeunes générations – mais qui sont profondément révélateurs.

                Le propre de cet ouvrage est – à mon sens – de nous ouvrir l’esprit, d’exercer plus souvent notre esprit critique.

    <o:p> </o:p>

                Et je me demande si cette féminisation des hommes n’est pas née de leur peur de l’envahissement de l’espace public par les femmes. De plus en plus présentent dans la vie politique et médiatique occidentale – sans pour autant être mieux représentés – les Femmes n’ont de cesse de s’imposer aux regards de tous, comme des acteurs sociaux majeurs… et prennent ainsi la place des hommes.

    Alors, dernier recours de Premier Sexe contre cette invasion du féminin ? Ou nouvelle prise de position morale ? Ou encore évolution naturelle de l’humanité ?

    Car souvenez-vous, « La Femme est l’avenir de l’homme » Aragon …

     

                                                                                            LF.

     

     


  • Commentaires

    1
    visiteur_Maly
    Vendredi 16 Juin 2006 à 20:46
    Le livre de Zemmour est excellent et il prend ?ontre pied certaines id? re?s. JE le conseille vivement, et croyez moi, ce type voit juste.
    2
    visiteur_f22ans
    Mardi 15 Août 2006 à 18:00
    Je suis entrain de lire le livre de M Eric Zemmour, bien que ses idees soient tres eloignees des miennes et que la lecture - de ce pseudo obsrvateur objectif- soit loin d'etre agreable, je m'efforce a finir. Le commentaire que j'ai a faire c'est que M Zemmour non seulement est loin d'etre exhaustif mais son analyse de la societe est completement caricatural et son livre contient d'innombrables amalgames. Je pense que l'auteur de telles chimmeres ne peut qu'etre un frustre, un individu qui, ne pouvant assumer ses problemes personnelles et sa vision tordue de la societe, veut rejetter la faute sur les femmes... Encore un mysogine, ce n'est pas nouveau. Son discourt est a mon sens choquant. Je ne pensais pas qu'a l'aube du XXI siecle, on devrait reprendre toute l'argumentation sur le statut de la femme dans la societe, a reexpliquer que: - NON la femme ne doit pas tout le temps jouer des roles secondaires (que ce soit dans la vie conjugale ou dans la vie socio-economique). - NON l'epanouissement de la femme ne met pas en danger l'integrite de l'homme. - OUI la femme est capable de prendre des responsabilites, qu'elle a sa place partout et n'a pas etre exclue de n'importe quel cercle que se soit le cercle politique, economique ou autre. Biensur, a femme n'est pas identique a l'homme... simplement parce que chacun est unique. Je ne pense pas que "la femmes veut etre un homme comme les autres". Elles veulent simplement avoir les memes droits, la meme liberte et les memes chances. Pourquoi voudrait-on (nous les femmes) etre identique a un etre si imparfait?? Je pense que les femmes ne veulent pas remplacer ou ressembler aux hommes. Elles veulent juste pouvoir assumer leur propre identitee, leurs propres reves et ambition. Comment accepter indefiniment le 2nd role? Comment accepeter indefiniment la servitude?
    M Zemmour a discourt - loin d'etre revolutionnaire - conservateur : une valeur sure qui a ses adeptes millenaires.
    Le livre est nul (je l'ai presque termine) et le personnage est pretentieux et la il devient meme grostesque.
    3
    visiteur_7+card+stud
    Samedi 11 Novembre 2006 à 05:19
    4
    visiteur_jean Gabard
    Vendredi 2 Février 2007 à 22:00
    Bonjour,
    J'ai lu le livre de Eric Zemmour et votre commentaire. Si vous aimez la lecture et ce sujet, je vous sugg? de lire l'essai que j'ai ?it, beaucoup moins m?atis?t diff?nt. Seul le titre est un peu provocateur. Si vous prenez la peine de le d?sser (regardez attentivement le sous-titre) vous pourrez constater qu'il est possible de d?ncer des d?ves d'une id?ogie f?niste sans pour autant vouloir revenir en arri?.
    Merci pour votre ?ute et pour me permettre de faire la promotion de mon livre.
    Jean GABARD "Le f?nisme et ses d?ves. Du m? dominant au p? contest?Les Editions de Paris http://www.jeangabard.com
    5
    visiteur_BOUZOUKI
    Dimanche 3 Février 2008 à 18:31
    BOUZOUKI
    Votre email colemipo@hotmail.com
    Votre url ZEMMOUR LE Z(H)?O
    Votre commentaire UN TEXTE DE ZEMMOUR QUI D?ONCE LE FAIT QU'IL N'Y AIT "PAS QUESTION DE METTRE AUCUNE ENTRAVE AU DIVORCE". ---------------------------- ON AIMERAIT QUE ZEMMOUR NOUS EXPLIQUE CLAIREMENT O?IL VEUT EN VENIR SUR LE DIVORCE ET SUR "LE RESTE". QUELLE ENTRAVE AU DIVORCE ZEMMOUR VOUDRAIT-IL (R)?ABLIR????? ---------------------------------- ALLEZ ZEMMOUR ! ENCORE UN PETIT EFFORT POUR AVOIR DU COURAGE ! OSE, OSE DONC VRAIMENT, AU LIEU DE JOUER A CELUI QUI OSE (POUR LE COMPTE DE LA MAJORIT?PR?ENDUMENT SILENCIEUSE) ! OSE DONC PUISQUE TU PR?ENDS PARLER "AU NOM DU PEUPLE" : NOUS T'?OUTONS ! ------------------------------------------------------------ VOIR LE DERNIER PARAGRAPHE DU TEXTE ----------------------------------------------------------- Eric Zemmour, journaliste au Figaro ? ? Photo Francois Bouchon On a d? oubli?Des tentes sur les trottoirs parisiens. Un Don Quichotte m?atique. La campagne pr?dentielle s??it ouverte sur la ?crise du logement?. Depuis lors, Hulot, Airbus, drapeau tricolore, Marseillaise, Gare du Nord. Les unes passent, les probl?s restent. Des prix du logement qui ne cessent de grimper, surtout depuis qu?on annonce qu?ils se stabilisent. Des dur? de cr?t bancaire qui suivent, comme on dit au poker : quinze ans, vingt, vingt-cinq, trente, cinquante. Et demain, cent ans, avec remboursement final dans l?au-delą ? Des politiques qui jouent aux pompiers volants : loi SRU, programmes de construction acc?r? d?ctions d?imp? droit opposable. Et un avenir : du b?n, du b?n, du b?n. Ecologique bien s?Des solutions qui ont pour point commun d?agir sur les cons?ences et non sur les causes. Un comportement typique de ce qu?est devenue la politique. Pourtant, ces causes de ?la crise du logement? sont parfaitement identifi?. D?abord, le divorce de masse. Lą oĚ il y avait un appartement familial, il en faut deux. Ensuite, l?immigration. Au d?t des ann? 90 encore, deux cent mille entr? r?li?s d??angers et cent mille d?rts. Le solde s??vait ą cent mille. Dix ans plus tard, le solde est pass?#261; deux cent mille, avec trois cent mille entr?. Et on ne parle que des r?liers. O?nt vivre tous ces gens ? En banlieue. Que vont devenir leurs anciens habitants ? Ils vont se pousser pour faire de la place, ou se pr?piter en centre-ville pour trouver les bonnes ?les pour leurs enfants. O?s prix sont inabordables. Alors, on part loin, de plus en plus loin, quitte ą allonger d?sur?nt ses temps de transport. Et la hausse des prix de faire t?e d?huile sur tout le territoire. Enfin, sur le plan mondial, une masse de capitaux ?rmes, am?cains, europ?s, indiens, russes, arabes, chinois, et m? africains, qui se balade librement. Cet argent nomade fait monter tous les micromarch?de luxe : tableaux, antiquit? bijoux, h?s particuliers. En France, ces biens sont devenus ?intouchables? pour 99, 99 % des Fran?s. Ce qui aggrave un sentiment de d?ssession de soi et de prol?risation des classes moyennes. Mais voilą, pas question de mettre la moindre entrave au divorce, au contraire, on le facilite le plus possible au nom de la libert?ndividuelle, alors m? qu?on n?a aucun scrupule ą restreindre d'autres libert? apparemment moins sacr?, moins politiquement correctes surtout, celles du fumeur ou de l?automobiliste par exemple. Les innombrables lois sur l?immigration n?ont pas r?it le nombre toujours plus grand de nouveaux immigrants. Depuis la lib?tion totale des march?des capitaux par les socialistes, personne n?ose la remettre en cause. La ?crise du logement? a de beaux jours devant elle.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :